Accueil

 

Le Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA E.A.853), en collaboration avec le Laboratoire Parole et Langage (LPL, UMR 7309 du CNRS) auront grand plaisir à vous accueillir à Aix-en-Provence du 6 au 8 juin 2019, sur le tout nouveau campus Schuman de l’UFR Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines d’Aix-Marseille Université pour le 59e congrès annuel de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur, qui portera sur le thème de :

L’EXCEPTION

Invité d’honneur: Professor Stefan Collini (Cambridge)

 

Stefan Collini est professeur émérite d’Histoire Intellectuelle et de littérature anglaise à l’Université de Cambridge et Fellow de la British Academy. Il est entre autres auteur de Public Moralists (1991), Matthew Arnold: a Critical Portrait (1994), English Pasts: Essays in History and Culture (1999), Absent Minds: Intellectuals in Britain (2006), Common Reading: Critics, Historians, Publics (2008), et Common Writing: Literary Culture and Public Debate, ainsi qu’un contributeur régulier à The London Review of Books, The Times Literary Supplement, The Guardian, The Nation, et autres publications. Il a contribué au débat international sur l’enseignement supérieur, notamment à travers son ouvrage de 2012, What Are Universities For? et sa suite, Speaking of Universities (2017).

Stefan Collini is Professor Emeritus of Intellectual History and English Literature at Cambridge University, and a Fellow of the British Academy. He is the author of, among other books, Public Moralists (1991), Matthew Arnold: a Critical Portrait (1994), English Pasts: Essays in History and Culture (1999), Absent Minds: Intellectuals in Britain (2006), Common Reading: Critics, Historians, Publics (2008), and Common Writing: Literary Culture and Public Debate (2016), as well as a frequent contributor to The London Review of Books, The Times Literary Supplement, The Guardian, The Nation, and other publications. He has also contributed to international debates about higher education, principally through his 2012 book What Are Universities For? and its sequel Speaking of Universities (2017).

 

 

« L’exception s’envisage communément dans son rapport à la règle, mais ce rapport dialectique présente en réalité une pluralité de problématiques : l’exception devient exclusion lorsqu’elle est pensée comme écart par rapport à des schémas de pensée dominants et échappe aux classifications, au canon et à l’Establishment. Mais l’exception est aussi le terreau de l’impensable, de l’excentrique et du transgressif, annonciatrice de renouveau et de redistribution. Lorsque le substantif se transforme en adjectif, l’exception adopte même une valence positive : être exceptionnel c’est se situer au-delà des normes en vigueur. S’interroger sur l’exception reviendrait alors à s’interroger sur la différence de manière non taxinomique et non comparative. Ce sont donc toutes ces valeurs et implications de la notion d’exception, et d’autres, que nous espérons voir illustrées dans les différents ateliers. »

Pour lire le texte de cadrage, cliquer ici.